Le Centre Antibruit d'Alsace est officiellement dissous,
depuis l'Assemblée Générale Extraordinaire du 10 mai 2016
  Le bruit ignore les valeurs de la démocratie  
  le bruit fait mal ! malmenez le !  
     
Accueil
Historique
L'Association actuelle
Généralités sur le bruit
Bruit et médias
Echelle du bruit
Législation
Idées reçues
Vos questions
Le bruit dans l'histoire
Liens utiles
La page des jeunes
   
   
   
Le Centre Antibruit réduit au silence
article des DNA

   

« Par l’amplification du bruit général, incitation à la surenchère acoustique, et par la participation agressive au déchaînement général, s’instaure une dépendance à un bruit de fond indistinct et permanent, à une rumeur parasite. Nous subissons de multiples agressions sonores, sous la contrainte, alors que nous sommes livrés à elles sans défense. Il en résulte surtout […] que notre liberté se voit tout simplement piétinée, réduite à néant par la seule décision de quelques-uns. Elle ne serait plus que celle que le silence nous offre en aumône. »
Matthieu Guillot (in revue « Conférence », n° 37, automne 2013)

 

 

 

 

     
     
"Le silence doit être pour les oreilles ce que la nuit est pour les yeux."
Pascal Quignard (né en 1948)
     
"Bientôt on parlera du silence comme d'une légende."
Jean-Hans ARP (1887-1966)
  "Le silence se meurt, le bruit prend partout le pouvoir; c'est la seule calamité écologique dont personne ne parle".
Alain Finkielkraut (né en 1949)..
 
 
« Je sentais un cri infini qui traversait l’univers et déchirait la nature. » Ainsi s’exprime Edvard Munch, l’artiste tourmenté dont une des œuvres majeures se trouve reproduite en haut à droite de cette page d’accueil. Maints exégètes ont voulu y voir une symbolisation de l’angoisse existentielle de ce grand peinte norvégien. Mais le personnage principal de la composition se bouche les oreilles et son visage exprime une souffrance qui paraît insoutenable. Ce « cri » de désespoir apparaît donc comme l’effet d’une soudaine torture sonore. Que celle-ci soit interne ou externe, elle est d’autant plus mal supportée que les deux autres humains, qui ont accompagné le « crieur » jusqu’à cet instant paroxystique, y sont manifestement insensibles et s’éloignent…